mardi 12 avril 2011

Projet Prométhée : Famille totémique & Société gentilice


Demain ''le meilleur des mondes'' ?
Ou le retour à l'Âge d'Or ?


Pour résoudre tous les problèmes :
Sexe, famille, société & civilisation,
Histoire, anthropo-archéo-ethno-socio-mytho-logie,
Matriarcat, patriarcat, famille choisie, & société clanique.

Sur la base des travaux des compères de Karl Marx :


Paul Lafargue :
Etude sur les origines de la famille - le matriarcat









Le féminisme est l'ennemi du matriarcat.
Si pour les féministes, la maternité a réduit la femme au rang d'esclave,
Dans le matriarcat, la maternité a élevé la femme au rang de déesse.

"Le mode de production de la vie matérielle conditionne en général le procès de développement de la vie sociale, politique et intellectuelle." - Karl Marx
La reproduction est la première des productions.
Pour que la famille accède au statut juridique de libre association familiale.
Pour une société solidaire, donc libérée de l’État et de la Banque.
L'humanité sera sauvée quand elle sera libérée
des dogmes du sang et de l'or.

Ce travail expose la structure, l'origine et les conséquences du matriarcat et du patriarcat. Il propose ensuite comme solution la famille choisie associative, ainsi qu'une société clanique confédérale innovante et flexible, permettant de se passer des états et des banques.

DÉFINITIONS


MATRI-ARCAT (mater familias) :

Pouvoir familial maternel (matria potestas), subordonnant le pouvoir politique masculin (droit de véto de la matriarche élue par son clan matrilinéaire), et garanti par la filiation maternelle. Ne pas confondre avec le pouvoir politique des femmes (gynarchie). Cependant, les femmes peuvent parfois prendre des décisions politiques importantes. Exemple : la Kahina (Maghreb), reine guerrière berbère résistante face aux invasions islamiques du VIIIème siècle. Il n'y a ni reconnaissance de paternité officielle, ni mariage (contrat de garantie de la reconnaissance de paternité, condition de la filiation paternelle). Puisqu'il n'y a pas ni père ni mari, l'éducation de l'enfant est assurée par la collectivité du clan matrilinéaire, dont les oncles maternel. N'existent pas dans le matriarcat : culte de la virginité, fidélité, interdit du sexe hors mariage, répression sexuelle, police des moeurs, soumission des femmes, prostitution, complexe d'Oedipe, névroses, fanatisme...

Matriarcat, au sens ethnologique, cf "Étude sur les origines de la famille" de Paul Lafargue, gendre de Marx. Non pas la soumission de l'homme aux femmes, mais la négation juridique du père. Ne pas confondre avec la gynarchie féministe (pouvoir aux femmes).
  • matrilinéarité : toute transmission se fait par le sang maternel.
  • matrilocalité : la vie sociale s'organise autour de la mère.
  • avonculat : la paternité sociale (éducation) de l'enfant est assurée par son oncle maternel.
Les sociétés dites matriarcales se structurent en familles élargies collectivistes (clans), matrilinéaires, sans mariage, ni paternité génétique reconnue. L'enfant appartient au clan de sa mère dont est exclu le géniteur. Les enfants sont élevés par les hommes de leur clan (oncles maternels) et non pas par leur géniteur. Il n'y a pas de couple, ni de fidélité, ni de jalousie, ni de possessivité, ni de violence sexiste, ni de prostitution, ni aucune marchandisation du sexe. Les affaires internes à la famille sont plutôt gérées par les femmes, tandis que les affaires externes à la famille sont plutôt gérées par les hommes. La répartition du travail se fait au mérite. On parlera plutôt de système matri-centré ou matristique, car la mère n'est pas au-dessus mais au centre de la société. C'est le premier système familial qu'a connu l'humanité. Son origine fut l'ignorance du lien entre la sexualité et la reproduction. Ce système s'est maintenu bien après la découverte de la paternité.


PATRI-ARCAT (pater familias) :
Pouvoir familial paternel (patria potestas) garanti par la filiation paternelle, qui nécessite la reconnaissance de paternité, garantie par le contrat de mariage : culte de la virginité, fidélité, interdit du sexe hors mariage, répression sexuelle, police des moeurs, soumission des femmes, prostitution, complexe d'Oedipe, névroses, fanatisme...

Le matriarcat a forcément précédé le patriarcat pour toute l'humanité, puisqu'il y a forcément eut une époque où ni le mariage, ni la reconnaissance de paternité n'existaient. Le matriarcat a survécu bien après la découverte de la paternité.
  • Polythéisme :
    • Aristocratie divine anthropomorphe ou semi reptilienne, incarnant l'autorité de l'État et/ou l'autorité royale, typique des sociétés de castes, étatiques et patriarcales.
    • Le monothéisme n'est que l'étape suivante vers la centralisation du pouvoir impérial.

  • Paganisme-animisme (paysans, pays, païen, paillard, la terre...) :
    • Divinités totémiques mi-humaines mi-animales, incarnant les différents éléments de la nature & aspects de l'existence, sans représenter un quelconque pouvoir autoritaire.
    • Les 2 divinités principales sont en général la grande Déesse-Mère, et son amant et/ou frère, le Dieu-Cornu géniteur, mi-homme mi-animal, divinités de la fécondité et de la fertilité.
    • Typique des sociétés claniques matriarcales.







AGNES ECHENE est née en 1948. Études de Philosophie, Sciences Politiques, Psychologie - Chercheuse en Anthropologie Culturelle à l’Université de Toulouse, elle explore la littérature archaïque, orale et écrite : les premiers textes écrits de l’humanité témoignent de temps révolus, de sociétés singulières, de mœurs insolites mais également d’une main-mise du pouvoir sur la matière des récits; son souci est de mettre à jour à la fois le masqué, l’implicite et le formatage.

Auteure dramatique, metteuse en scène et directrice de Compagnie elle propose des spectacles refusant le psychologisme et la complaisance à la violence, explorant des voies nouvelles dans le domaine des relations amoureuses & familiales. Conteuse, elle privilégie les contes facétieux où triomphe l’esprit, l’intelligence, la ruse, la révolte, la lutte contre les pouvoirs. Conférencière, elle transmet ses diverses connaissances en matière anthropologique et relationnelles, associant analyses et narrations.

Les aventures de la vie ont été le déclic de ses recherches : du mariage de libération à la violence et au divorce, de la vie en communauté au couple libéré, du cursus universitaire aux travaux du potager, de l’éducation libertaire des enfants en écoles parallèles, à la classe unique... et au Lycée Louis Le Grand, de l’entreprise de pointe au restaurant 3 *** des hauts plateaux d’Aubrac ... maintes trajectoires palpitantes ont donné du fil à retordre à sa quête du sens de la vie.

Elle dirige actuellement La Dive Compagnie (www.la-dive-compagnie.com), propose des Conférences mêlant contes et commentaires, assure des séances de contes en bibliothèques, écoles, centres de loisirs etc., anime des ateliers d’écriture en milieu scolaire et pour des adultes, des ateliers de parole en public, des stages de conte et des formations à la relation parents-enfants.
  • Articles :
      • Valoriser un modèle social non conjugal
      • sexualité & parenté
        • ou L’INVENTION DE L’INDIVIDU
        • ou L’INVENTION DU REBELLE
        • ou L’INVENTION DU COCU
        • ou L’INVENTION DU FIDELE
        • OU l’invention du héros
        • OU l’invention de l’aventurier

10 commentaires:

  1. Je met le lien du blog sur le mien, pour l'idée véhiculée, tout en précisant que je ne m'allie pas à l'expression de ce premier commentaire: "Porc juif d'Attali"...
    ..."Porc d'Attali" aurait amplement suffi, encore que ça me peine pour nos amis les porcs...

    RépondreSupprimer
  2. Bravo pour ce blog !!!

    J'en ai moi-même créé un pour défendre la même Cause: http://nationalsocialmatriarcal.over-blog.com/

    Je témoigne de la justesse des théories politiques de Grand Sachem. En effet, je vis dans une communauté, elle-même incluse dans une fédération de communauté qui s'appelle Damanhur. Nous avons reconstruit des famille. Nous sommespour la pluspart ou bien des célibataires ou bien des familles monoparentales. Les enfants sont en charge de leur communauté toute entière. Dans la mienne, il y en a quatre. Ils n'ont pas de liens 'de sang' entre eux, mais il est clair qu'ils se considèrent tous les quatre comme des frères et soeurs.

    Il est rare de pouvoir participer à la naissance d'une Nation..!

    RépondreSupprimer
  3. https://www.facebook.com/#!/notes/pascal-raud/les-bons-plans-de-tonton-pascal-avec-notamment-wwwzeroforfaitfr-antivirus-en-lig/205885872756622
    Voila vous êtes dans mes bon plans
    Amitié
    pascal Raud

    RépondreSupprimer
  4. Frédéricd Deux alias Ariane19 avril 2011 à 23:18

    Bonjour Uncas, c'est Ariane de Jouhé, ils m'ont viré de fb avec mon groupe génocide des Boers, alors j'utilise ce profil de sauvetage qui dormait : Frédéric Deux.

    Je découvre que vous avez sorti un bouquin, c'est sensationnel, mettez le lien sur ma page pour un peu de pub chez les de des d' de la, etc...

    Je vous aime bien, Uncas, et vous souhaite beaucoup de succès

    RépondreSupprimer
  5. Pauvres bœufs esseulés sans leur coucougnettes de mamans.

    RépondreSupprimer
  6. Les Enfant payent le lourd tribut des décisions de couples qui se séparent. Hélas les Femmes veulent de plus en plus faire des enfants toute seule. est-ce une mode, une dérision, ou la conjoncture.
    Terre malade d'hommes et de femmes irrespectueux des valeurs et des dieux. écrivez vos souffrances, et soignez vos blessures. ils n'y aura bientôt plus ici bas que des orphelins, voici donc une banalité, dans un système d'individualité. Voulu en tout cas par les dirigeants qui ont déjà détruit notre planète et brisé combien de cœurs asservissant combien d'humains à leur basse besognes. Endormant vos esprits en vous faisant prendre des vessies pour des lanternes. Vous ne vous êtes donc pas encore réveillé?

    RépondreSupprimer
  7. J'ai lu juste un chapitre de votre livre (VI) et je dois vous avouer que je suis un peu sceptique. Déjà, premier point trés important: l'avortement n'est pas un meurtre d'enfant!!! L'avortement est le droit inaliénable pour les femmes de disposer de leur corps librement. La grande majorité des avortements en France sont le fait de contraception non adaptée (et pas de non contraception!!)

    Ensuite vous dites: "Si l'acte sexuel est un acte risqué pour la femme, il est extrêmement dangereux pour l'homme".

    Et si les hommes étaient un peu plus responsable de la contraception? La contraception est uniquement une affaire de femme. Il faut être deux pour faire un enfant. Que les hommes s'inquiètent un peu plus des moyens contraceptifs qui existe pour eux et soutiennent un peu plus leur partenaire dans leur contaception.

    De ce que j'ai lu pour le moment, je trouve que pour le coup vous avez un discours assez patriarcal et sexiste

    RépondreSupprimer
  8. Les Enfant payent le lourd tribut des décisions de couples qui se séparent. Ce livre m'a beaucoup aidé a accepté ma situation c'est a dire mon ex mari est parti en Afghanistan avec mes trois enfants. De plus je suis atteint d'une sclérose en plaque ce livre est très important de plus il reflète la vérité du monde dans lequel on vit.
    Je souhaite de tout cœur que ce livre soit publié afin d'en faire profiter un maximum de personnes, et les aider.
    C'est un livre rempli de bon sens, de vérité.
    Un grand merci à l'auteur de ce magnifique livre. Des qu'il sort je serai une des première à l'acheter il fera parti de mes livres préférés dans ma bibliothèque.
    Merci

    RépondreSupprimer
  9. Homosexualité = névrose? Si l'idée du matriarcat est plaisante, on ne peut dire aujourd'hui si cela a vraiment existé quelque part pour l'instant. On peut le croire, le postule, mais pas l'affirmer, hélas. Quand à la remarque antisémite, les premiers kibboutz libertaires foncionnaient ainsi, avec une éducation collective des enfants par la communauté et une certaine liberté de moeurs... il y a quarante ans.

    RépondreSupprimer